Vaincre la timidité

Levez la main si vous n’avez pas pensé au moins une fois dans votre vie : « Ah ! si j’avais dit cela au bon moment », ou : « J’aimerais être comme lui, brillant et extraverti, toujours sûr de moi ». Certaines personnes le pensent trop souvent parce que c’est juste un cas lié aux circonstances : en fait, ce n’est pas un cas, c’est de la timidité. Ces personnes qui se sentent toujours à l’écart et hors du temps, qui restent silencieuses et incapables d’exprimer leur opinion de peur de faire des erreurs et d’être jugées par les autres, qui deviennent rouges seulement si quelqu’un les regarde, tremble et voudrait éviter les situations dans lesquelles elles sont nécessairement impliquées.

Souvent ceux qui sont timides s’emprisonnent eux-mêmes !

Ceux qui « souffrent » d’un certain sens de l’humour se « paralysent » souvent, ne se considèrent pas adaptés à l’environnement et capables de se comporter d’une manière conforme aux exigences des autres, qui sont toujours considérés comme supérieurs et réussis, allant même jusqu’à se priver d’expériences quotidiennes agréables. Attention : une timidité excessive n’est pas une caractéristique innée ! Ceux qui sont empêchés de vivre et d’agir librement dans le respect de leur temps et de leur nature deviennent excessivement timides, chaque fois qu’ils s’efforcent d’adhérer aux clichés et aux stéréotypes dont nous avons toujours besoin pour être sûrs et sociables. Trop timide est la personne qui est emprisonnée dans des schémas mentaux rigides, les considérant comme parfaits, et dans certaines circonstances ne peut s’empêcher de se cacher derrière la timidité. Apprenez à le considérer non seulement comme un défaut, mais aussi comme une ressource qui vient à votre secours et, en parlant de vous par le langage corporel, vous permet d’exprimer ce que vous n’êtes pas encore capable de faire à haute voix.

Pour surmonter la timidité et l’insécurité, vous n’avez pas besoin de réfléchir.

« Si je dis qu’ils vont me critiquer, si je dis que je vais être jugé ou qu’ils vont se moquer de moi ». Ce sont des soucis inutiles : personne ne vous regarde plus que vous ne le faites vous-même. Les autres ne sont pas des ennemis à combattre et ils n’ont aucun rapport avec vous en espérant votre erreur. Toutes ces pensées vous amènent à vous enliser dans des situations que vous jugez « à risque » et la timidité n’est rien de plus qu’un bouclier.

Les modèles vous donnent l’impression d’être inadéquat

Combien de fois t’es-tu déjà entendu dire : « Tu es si timide ! » Supprimez les définitions : vous êtes toujours différent et si vous avez parfois été timide, vous ne l’êtes pas nécessairement dans toutes les circonstances. Ne vous laissez pas influencer par les préjugés et jetez ce critère trop rigide avec lequel vous vous jugez vous-même, à la recherche d’une perfection qui n’existe pas.

Les idées fausses bloquent l’instinct

Considérez la timidité comme un défaut et vous craignez qu’une fois de plus elle ne prenne le dessus. Vous anticipez avec votre esprit la situation qui vous concerne et préparez les mots à dire. Cette force vous empêche de vous détendre et dès que quelque chose échappe à vos prévisions, vous allez « geler ». Ne vous préparez pas pour l’avenir. C’est la bonne attitude à adopter.

Choses à faire : même le silence a ses « droits ».

Vous êtes anxieux parce que vous pensez que vous devez parler à tout prix. Mais qui a dit ça ? Tu ne peux pas parler ? Tais-toi ! Tu as peur qu’ils jugent mal ton mutisme ? Patience. Détendez-vous, acceptez votre silence, éteignez vos propres jugements et ceux des autres. Lentement, vous découvrirez que les mots viennent quand ils leur semblent. Et découvrez que ceux qui se taisent acquièrent… du charme !

Un article proposé par : https://voyance-telephone.ch/amina-tarologue/

En lire plus

Sites de même thématique